L’Espérance regroupe 53 musiciens et 28 choristes amateurs, unis par le plaisir de partager leur passion et la volonté de produire une musique de qualité dans un climat convivial. De nombreuses prestations sont prévues tous les ans : concerts, spectacles, animation de défilés, échanges musicaux, cérémonies officielles…
Jazz, Variété, Musiques de films, Classique… pour l'orchestre. La diversité des programmes met en valeur la curiosité et la découverte d'oeuvres nouvelles ou méconnues et permet à chacun de s'exprimer.
Répertoire Classique profane et sacré, Traditionnel, Chansons… pour l'ensemble vocal. Les programmes proposés permettent de découvrir l'instrument par excellence qu'est la voix, et d'accéder au plaisir de construire ensemble l'oeuvre du choeur.


crocheRépétitions

Orchestre d’Harmonie

Le Mardi de 20h00 à 22h00 dans la salle de musique du Complexe du Mas de Roux.


Ensemble Vocal

Le Lundi de 20h00 à 21h30 à la Villa Monderoux.


crocheAdhésion

40 € par personne – 60 € par famille



crocheHistorique

Il était une fois un cultivateur nommé BERNARD, passionné de musique qui eut l’idée de regrouper quelques musiciens pour créer une fanfare. Il y avait alors à BEYNOST un certain nombre d’anciens militaires de la guerre de 1870 qui avaient appris à jouer du clairon, cornet à pistons ou bugle. Il réussit à les convaincre et un jour ils se réunirent pour jouer. C’était en 1882, l’ESPERANCE était née.

Parmi ces pionniers de cette société de musique figuraient : FAVIER Alphonse, cor d’harmonie ; NERET Jean, trombone à piston ; NERET Louis, tambour.
Petit à petit, d’autres jeunes musiciens vinrent grossir ce noyau de passionnés et la fanfare put ainsi prendre forme.

Très vite elle fut dotée d’une bannière qui lui donnait son identité. Celle-ci offerte par les Dames de BEYNOST existe toujours. Les années et le temps lui valurent une restauration en 1950. Elle est ornée de plus de 20 médailles gagnées par la fanfare dans les multiples concours ou festivals.
Après une bonne vingtaine d’années, la formation existante était bien équilibrée.
En 1905, elle comportait : cornets à pistons, bugles, altos, cor d’harmonie, barytons, trombones, basses, contrebasse, tambours et grosse caisse.

L’éducation musicale était assurée par les musiciens eux-mêmes.
Le plus souvent, ceux-ci donnaient à leurs propres enfants les cours de solfège élémentaires dont ils avaient besoin pour rentrer dans la fanfare. Ainsi Mr Jean NERET, sabotier de son état, enseignait la musique à son fils Marius NERET dans son atelier. Là, devant un tableau noir sur lequel il avait tracé quelques portées, il écrivait des rondes, des noires et son fils devait réciter ces notes en battant la mesure. Puis vint un jour où Mr NERET père mit un alto dans les mains de son fils et lui appris à jouer de cet instrument. C’est ainsi, grâce au dévouement de quelques musiciens que la société se développa.

Elle animait les festivités organisées dans le village à l’occasion du Nouvel An, du 14 Juillet, de la Vogue, de la Sainte Cécile, etc………

Dans la période qui a précédée la guerre 1914-1918, la société était dirigée par Mr BRUNET, chef de musique en activité au 23ème Régiment d’Infanterie à BOURG. La discipline était évidemment très stricte mais pas toujours très appréciée par les musiciens. Les fausses notes se traduisaient quelques fois par la baguette du chef qui volait en éclat tant il était furieux! L’absence aux répétitions était sanctionnée par une amende (aujourd’hui cette sanction n’existe plus).

Pendant la guerre de 1914-1918, la vie musicale de l’ESPERANCE a évidemment été très perturbée. Ce n’est qu’en 1919 qu’elle put reprendre une activité normale sous la direction de Mr ILLARET. Puis au fil des années, le nombre de musiciens augmentait ainsi que la diversité des instruments.
En 1945, Mr TREMBLE, nouveau directeur, introduisit la clarinette dans la formation existante, uniquement composée de cuivres. Puis vint le tour du saxophone amené par Mr Marius NERET. La fanfare s’était transformée en orchestre d’harmonie.

Dans les années 50, sous l’impulsion de Gabriel CHARDON, président de la société, l’ESPERANCE prit un nouvel essor. Ce musicien dans l’âme apportait un sang nouveau. Il allait être le premier à organiser un festival de musique à BEYNOST. Par la suite, chaque année, un festival avait lieu dans une des communes de la société de groupement. A cette époque, fait remarquable, le pupitre de clarinettes ne comptait pas moins de 11 musiciens.

Mr TREMBLE eut l’idée de former un orchestre de danse avec un groupe de jeunes. L’idée de diversifier les activités musicales au sein de la société était lancée. Elle fit son chemin et en 1979, un ensemble folklorique bavarois fut constitué. A sa création, il comptait 32 musiciens. Pour évoquer et rappeler le nom de la société, il fut baptisé « LES PERES HANS ».

L’année suivante, une chorale fut formée en regroupant dans un ensemble vocal certains musiciens et femmes de musiciens.

En 1992, dans la continuation de cet élargissement musical, naissait un orchestre de flûtes traversières. Pour ne pas en rester là, c’est au tour du saxophone d’être mis en valeur en 1997 par le biais d’un QUATUOR de ce nom.

En 2002, année du 120ème Anniversaire de l’ESPERANCE, le programme des manifestations musicales a été modifié et enrichi par la participation de grands ensembles et groupes de renommée internationale.


La plupart des éléments figurant dans cette brève histoire de l’Espérance ont été tirés d’un document écrit par Mr Marius NERET. Nous remercions la famille NERET qui nous a permis de les utiliser.